Fluff

L’ascension de pet’kran san pitié

pet’kran sen va pété dé machoars avé sé potos

Avant de devenir le célèbre et redouté big boss « Pet kran san pitié », Grazog était un nob qui faisait partie de la bande du bigboss Razfang. Le tyran s’était taillé un petit royaume sur une planète du secteur d’armageddon. Il avait réussi à mettre au pas plusieurs hordes suite à des batailles enragés mais aussi grâce à certaines alliances juteuses (juteuses comme le liquide qui sortait des oreilles de ses rivaux après des « négociations » un peu rude…).

Grazog était toujours accompagné de son « conseillé », le grot Sourr’noa. Ce petit être malingre à l’esprit vif (pour un peau verte…) permit à Grazog d’arriver rapidement dans la garde rapprochée de Razfang. Le bigboss était un joueur invétéré qui adorait mettre en concurrence ses Nob, cela lui procurait beaucoup d’amusement et il pouvait limiter l’ambition de ses prétendants car ces derniers ne survivaient pas toujours aux jeux et autres joutes qu’il organisait.

Il aimait beaucoup, entre autre, organisé des matchs de foot’snot et des courses de buggy sur les pentes du volcan baptisé « eul gueul ardante ». Ces courses étaient connues pour être très dangereuses, mais il y avait forcément du spectacle en considérant l’amour des orks pour la vitesse et le fait que celui qui arrivait dernier était jeté dans le cratère du volcan à l’aide d’une catapulte rudimentaire mais étonnamment précise (moment hilarant que l’ensemble des boyz et des grots attendait). Le gagnant de la course récupérait son poids en bière de squig et pouvait passer en priorité (m’enfin, après le big boss tout de même) chez le Mek pour profiter de ces dernières inventions.

C’est une de ces courses qui changea la vie de Grazog…

Lors d’une session, le buggy de Grazog connut des problèmes moteurs à quelques centaines de mètres avant l’arrivée. Tandis que les autres nobs le doublait en se gaussant, la montagne se mit à trembler et, dans un fracas de cendre et de roche magmatique, le versant de la montagne s’ouvrit au niveau de l’arrivée, engloutissant tous les malheureux orks dans une faille remplit de lave en fusion ! 

Razfang était assez mécontent car malgré le spectacle offert, il avait perdu une grande partie de sa garde et plein de buggy… mais le pire c’était ce satané Grazog qui avait vu sa cote de popularité s’envoler.  Alors que les boyz célébrait le vainqueur, le boss et le shaman quittèrent les abords du circuit.

Grazog passa la soirée à se pinter la gueule, en compagnie de ses potes, avec la bière de squig. Sourr’noa gouta la bière et jeta son gobelet. Il lui trouva un drôle de gout, comme un arrière-gout de chaussette de snotling.. Cela fit beaucoup rire Grazog et sa bande. Le grot, méfiant de nature, insista auprès de son maître. Ce dernier vira le grot d’un revers de la main et continua à célébrer sa victoire.

La nuit fut épouvantable, outre les 12 fois ou Grazog du se relever pour pisser (dont 3 fois sur Sourr’noa), il souffrit également d’affreuse crampes d’estomac et eut des visions toute la nuit. Il vit le volcan surmonté d’un crâne géant ayant de nombreuses fissures, et à son sommet dansaient au son d’une harpe des snots roses en slip. Au milieu de ce bordel se tenait le célèbre Ghazhgkull assis sur un trône réalisé avec des centaines de kikoup.. Il s’adressa à lui :

« tu t’es fai roulé kom un zog mon gars ! Ton boss et ton shaman, y se sont bien foutu d’ta gueul. y’avai pa que d’la bièr dan ta bièr! »

Grazog n’était pas sur de comprendre, il n’arrivait pas à réfléchir avec tous ces snots, il demanda : « je fai koi du kou? »

« Perso, j’irai pété kek kran…moi j’di ça… »

Grazog se réveilla en sueur, en plus d’avoir pisser, il avait beaucoup vomi. Apparemment Sourr’noa avait pas bien dormi non plus.

Mais le pire c’était tous ses potes qui apparemment avait beaucoup saigné des oreilles pendant leur sommeil.

Il savait ce qu’il devait faire.

Grazog se dirigea d’un pas décidé chez le mek et lui demanda une bonne grosse clé à molette. Puis il se dirigea vers la barak de Razfang. Il entra et trouva son boss avec ses deux gardes, et il demanda au Boss :

« hé chef, vou k’émé bien lé d’vinett, vou savé à koi ça ser eul’clé? »

« mé kil é con lui, ça ser a serré ‘spèce de zog »

Grazog eut un sourire mauvais et hurla « PERDU !!! CA PETE DES KRAN!!! » et avant que les gardes réalisent ce qui arrivait, Grazog avait abattu plusieurs fois l’imposante clé sur le crâne de Razfang, il ne s’arrêta qu’au bout de plusieurs minutes, puis se retournant doucement, il dit « cé moa eul boss désormè »

Il retira la dépouille sanguinolente du fauteuil et s’installa confortablement :

« allé dir ke la bande a un nouvo boss, kil s’appel pet kran, é ke celui k’es po konten, ben j’lui pête eul’kran, c cler!!! »

Les deux gaillards s’apprêtaient à sortir quand ils furent de nouveau interpellés

« ha ! et o r’tour, amené moa c’te raklur de shaman, bien envi de testé la katapult moa… »